• Le séchoir à larmes

    Pour une reprise en douceur, un hymne aux coeurs battants, pour reconnaître ceux qui ne se laissent pas abattre et pour donner du courage à ceux que la vie a égratignés.

         Le monde est plein de réceptacles à larmes. Des pleurs et des sanglots s'entremêlent au cours de nos tribulations, et dans nos chagrins nous causons d'autres chagrins. Parmi ces tourbillons de la tourmente, pourquoi continuer à se lamenter ? Marchant à contre-courant, certains remontent les flots de tristesse courageusement. Brisant les vagues aux écumes de désarroi, leurs jambes solidement ancrées sont des piliers d'espoir. Leurs bustes droit sont fiers, mais plus souvent ils se courbent sous l'effort. Leurs yeux pétillent, ce sont des flammes qu'ils brandissent. Ils sont nos phares, nous guidant dans nos océans d'amertume. Ne les perdons pas, car nous nous perdrons avec eux. Rassemblés autour d'eux, cessons de geindre sous la caresse de leurs doux rayons. Le monde n'est pas seulement noir, le monde n'est pas fait que d'ombres. Il faut seulement apprendre à voir la lumière où elle se trouve, même enfouie au plus profond de nos peines. Laissons couler les rais par nos plaies, et embrasons-nous. Devenons nos propres phares contre vents et marées, soyons les artisans du jour nouveau où la lumière ne sera pas faite que sur le malheur. Place aux bons, et longue vie à la beauté !

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :